AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where are you ? | Kira [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
triforce

Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Where are you ? | Kira [UC]   Sam 21 Fév - 17:13



KIRA



Informations

Age : Dix-huit années depuis sa renaissance.
Surnom : Euuuuh…
Race : Divinité
Camp : Du côté de Link et c’est tout.
Orientation Sexuelle : Bon, alors, c’est assez compliqué. En fait, c’est un peu comme si elle aimait seulement les beaux blonds aux yeux bleus tout de vert vêtus et portant le titre de Héros du Temps. Nan, en vrai, vous avez cru quoi ?

Loisirs : Arpenter le royaume à la recherche de Link, c’est un loisir vous pensez ?
Feat avatar :
Rang personnalisé : Howling storm (la couleur c’est #660066 si jamais)

Pouvoirs

Metamorphosis

Ceci est tout ce qui lui reste de sa véritable identité. Cette force en elle qui exerce sur son esprit une pression. Ce qui, pour elle est une malédiction n’est qu’en réalité une partie de ses pouvoirs qui ont été conservés. Elle ne peut hélas que se transformer, à ce stade-là. Elle ne peut encore utiliser ses capacités d’antan.
Prenant la forme d’une imposante louve noire aux yeux ambrés, elle peut en effet se défendre, ce qui lui est impossible sous forme humaine, puisqu’elle ne sait ni manier les armes, ni se battre au corps à corps. Elle est bien trop frêle pour cela. Mais lorsqu’elle se transforme, Kira a enfin la capacité de riposter et de donner les coups. Son pouvoir, partiel seulement, ne s’arrête qu’à la métamorphose, mais possède une résistance améliorée à la magie de l’Ombre, dont elle est issue. Car ce pouvoir, cette malédiction, comme le croit la jeune fille réincarnée, n’est qu’en fait que l’instinct de la divinité, cette nature sauvage qui lui permet de savoir se méfier du danger et d’attaquer s’il le faut.
Storm rises

Une fois éveillée, Kira prend conscience de sa véritable identité. Etant une divinité-louve, elle conserve quelques attributs de cette bête par laquelle elle est représentée, à savoir deux grandes oreilles d’un blanc aussi pur que la neige et une longue queue de la même couleur. L’élément qu’elle maîtrise en tant que divinité est le climat, plus précisément les intempéries. Ainsi, elle contrôle le vent, la pluie et le tonnerre. Selon son humeur, elle peut plus ou moins influencer le temps, mais cela puisera tout de même dans son énergie. Car puisqu’elle n’est pas d’un niveau aussi élevé que celui des déesses créatrices, Kira possède une source de magie supérieure à celle des humains, mais loin d’être infinie. Aussi, elle peut s’épuiser si elle use trop de son pouvoir.
Cette partie de son pouvoir ne peut être accessible que par une phase d’éveil, pendant laquelle Kira retrouverait sa conscience et son identité. Même si actuellement, elle ignore comment y parvenir, puisqu’elle ne sait tout simplement pas qu’elle est une divinité.


Description Physique

UC les petits


Description Mentale

Son regard était plongé sur le Lac Hylia, qui s’étandait devant elle. Pourtant, ses yeux ne donnaient pas l’impression de fixer quelque chose. Comme si elle ne voyait que le vide, le néant danser devant ses prunelles dénuées de toute émotion. Rien, c’était exactement cela qu’elle fixait. C’était exactement ce qu’elle était. Rien. Un être incapable de ressentir autre chose que cette profonde douleur dont elle ignorait le provenance. Une souffrance parfois atroce qui lui déchirait le cœur et les entrailles.

Mais les instants où elle souffrait étaient bien les seuls où une émotion lui traversait l’âme. Et cela, bien que cela paraisse étrange, la rassurait de ressentir des choses, bien que ce soit douloureux. Bien qu’elle ne sache pas pourquoi elle avait si mal.

Qu’était-elle finalement ? Un monstre, une malédiction. Elle était incapable de ressentir quoi que ce soit. Il n’était pas étonnant qu’elle ne soit pas bien intégrée aux autres. Normal qu’elle erre seule sans savoir où aller. Oui, au fond, elle était peut-être juste condamnée à rester un être solitaire, non doué de ce que les autres appellent « compassion » ou encore « amour ». L’amour… L’amitié… Elle n’avait jamais compris ce qu’entendaient les gens par là. Qu’étaient ces sentiments qui lui étaient inconnus ? Qu’est-ce que cela pouvait avoir de si bon à ressentir de l’amour ? Elle l’ignorait. Après tout, si elle s’était beaucoup questionnée au départ, Kira avait vite cessé de se tourmenter, puisqu’elle savait pertinemment qu’elle n’aurait jamais les réponses qu’elle aurait désirées.

Elle poussa un long soupir et s’assit au bord du lac. Il n’y avait qu’une seule chose qui l’intéressait en ce monde. Le reste avait bien peu de valeur à ses yeux. Le sort du royaume tout entier n’était rien qu’un grain de poussière comparé à ce qu’elle convoitait. Et elle aurait volontiers sacrifié des vies si cela lui avait permis de trouver ce qu’elle cherchait. Oui, peu lui importait la souffrance des autres. Elle voulait juste sentir quelque chose. Découvrir ce qu’était cet étrange feu – flamme qui se dérobait chaque fois qu’elle était proche de l’atteindre, pourtant - qui brûlait en elle lorsqu’un seul nom était prononcé. Nom respecté à travers toutes les terres, par tous les peuples. Oui, Kira voulait seulement quitter sa carapace vide et saisir enfin cette étrange flamme qui disparaissait chaque fois qu’elle s’en approchait. S’il le lui fallait, elle souffrirait encore plus. Ne serais-ce que pour voir son visage une fois dans sa vie. Ou entendre sa voix. Tout simplement pour connaître l’être que tous respectent. Celui qui les a tous sauvés du Malin – étrangement, la mention de ce personnage la fit frissonner comme jamais.
Le Héros du Temps.

Son regard se perdit à nouveau dans le vague. Et ses pensées voguèrent de nouveau vers le lointain. Que ferait-elle une fois qu’elle l’aurait trouvé ? Une fois qu’elle n’aurait plus besoin d’errer à travers le pays ? Elle l’ignorait. A vrai dire, elle ne vivait que pour chercher cet être qui la fascinait sans qu’elle l’ait jamais vu. Au fond, elle savait que si elle trouvait jamais plus elle ne serait vide. Il avait su aider le peuple d’Hyrule tout entier. Pourquoi serait-il incapable de l’aider, elle ? En contrepartie, elle le protégerait, oui. Cet individu si important aux yeux de tous, elle donnerait sa vie pour lui. Mais d’un autre côté, elle n’avait aucune garantie qu’il accepterait. Après tout, elle était un monstre, une créature du mal. Le Héros combattait le mal, il ne l’aidait pas.

Cela ne lui fit ni chaud ni froid de le savoir. Elle aurait dû ressentir ce que d’autres appellent la « peine » mais elle était incapable de ressentir cela, aussi. Pourtant, plus elle y pensait, plus cette indescriptible douleur remontait en elle. Quelque chose qui lui rongeait le cœur, sans qu’elle sache pourquoi.

Elle savait que le chemin serait encore long et dur. Elle ne pouvait pas se défendre si jamais elle se faisait attaquer. Mais cela n’inquiétait nullement la jeune fille. Tant qu’elle n’était pas en danger de mort, rien ne pourrait la faire ressentir quoi que ce soit, si ce n’est peut-être la douleur physique. Ce qui était normal, après tout. Mais elle n’éprouvait aucune peur à l’idée de souffrir. Juste une indifférence effrayante. Et elle ne se défendrait que si elle était en danger de mort. A quoi bon lutter ? Autant accepter la douleur sans broncher. Cela lui éviterait de pires ennuis. De toute façon, son seul but était de retrouver le Héros du Temps. Les petits incidents en chemin lui importaient peu.

Lentement elle se releva. Que faisait-elle ici à penser ? Sa place n’était pas ici. Le lac était désert, et il n’y avait de surcroît aucune trace de ce qu’elle cherchait. Elle regarda l’horizon de son regard dénué de sentiment et s’éloigna, seule dans la brume matinale.

En fait, je crois que si je ne pouvais la décrire que par un seul mot, je ne pourrais qu’affirmer que Kira est vide. Simplement vide.


Histoire

Une lueur éclaira lentement le monde. Le Soleil, par son lever, amenait la lumière et la chaleur qui remplacerait bientôt la nuit froide et menaçante. De ses nuances d’orange et de rouge, il illuminait doucement les arbres, les pics leur donnant une teinte presque irréelle, et magnifique. La plaine, radieuse par ce matin de printemps, semblait si paisible. Une petite brise fraîche soufflait, faisant frémir les végétaux qui reprenaient peu à peu leurs beaux habits colorés. Dans le ciel rosé par la matinée, de beaux nuages voguaient, rendant le tout encore plus beau. Leur douce fourrure duveteuse semblait comme enflammée, ainsi illuminée par les rayons perçants de l’astre levant. Oui, c’était juste un beau lever de soleil, qui annonçait l’arrivée d’un printemps radieux et prospère. Un printemps qui laisserait place aux saisons plus mornes, aux temps plus durs et sombres. Un printemps dont il fallait profiter avant que tout cela ne parte à jamais.

~~~


Elle semblait si radieuse, éclairée ainsi par les lueurs de la boule de feu qui s’élevait peu à peu dans le ciel. A sa façon, elle était un soleil, elle aussi. A sa façon, elle s’élevait, elle veillait sur lui. Elle aurait aimé lui parler. Juste une fois. Elle aurait aimé voir son visage de ses yeux. Elle le souhaitait de tout son cœur, en tout cas. Car tous deux étaient des êtres reliés plus ou moins étroitement à la Déesse Farore. Elle avait été créée par la Déesse du Courage, il en était l’Elu. Et à ses yeux, cela les liait d’une manière unique.

Lentement, son corps comme immatériel s’entoura d’un magnifique halo violacé, qui refléta les nuances flamboyantes du matin. Enfin, dire qu’elle possédait un corps était plutôt vite dit. Mais au final, elle était si indescriptible qu’il était impossible de définir clairement ce qu’elle était. Peut-être juste un mirage, ainsi nimbé de lumière par ce début de printemps ? Sa douce lueur violette s’intensifia. Elle prenait une teinte de plus en plus étrange, une sorte de nuance que l’on aurait jamais identifié pour ce type de couleur. Quelque chose d’à la fois terne et vif, mais pourtant si magnifique à la vue. Quelque chose de tout simplement irréel. Puis lentement, elle disparut, comme si elle n’avait jamais existé. Pourtant, dans son sillage, elle laissa une sorte de poussière de cette couleur si belle qui s’éparpilla au travers de la grande plaine, portée par le doux vent printannier. Alors le calme retomba, et la vie commença à s’épanouir par ce beau matin. Et l’éternel cycle se répéta, encore, comme il se répétera le lendemain, sans jamais que personne n’eût conscience qu’en ce monde il existait de belles choses qui ne portaient pas de nom.

~~~


Le soleil cognait fort dans le désert. Le sable fin prenait des teintes presques écarlates par cette lueur aveuglante. A moins que ce ne fut qu’une illusion. Le sol semblait comme trembler, telle le feraient des vagues sur une mer vague. La chaleur était telle qu’il était impossible d’y survivre à moins d’y être conditionné. Enfin, elle le pensait sincèrement. Elle se retourna et aperçut au loin l’immense forteresse qui se dressait, fière, dans l’infinie étendue de sable. Si les cauchemars existaient, ils étaient incarnés par cette forteresse sombre, qui abritait en son sein des pires démons. Et elle était là, seule, attachée comme un chien à ce pont, mourant de faim et de soif, tandis que le soleil brûlait sa peau pâle. Elle n’était jamais sortie à l’extérieur de sa vie, et c’était la première fois que l’astre ardent venait consumer sa peau. Bientôt, elle serait morte, et n’aurait jamais rien connu de la vie. Elle n’étais qu’une enfant ignorante, vivant dans la douleur, dans la crainte de cette terrifiante forteresse qui s’élevait derrière elle, ainsi que des monstres qui y vivaient. Alors, elle ferma les yeux et pensa, pensa au loin, pensa à ce qu’aurait été sa vie si tout cela avait été autrement, et alors que des larmes coulaient sur ses joues pâles, elle se rendit compte qu’elle se heurtait au mur qui enserrait son cœur.

Elle voulait briser ses chaînes. Elle voulait partir. Elle ne voulait pas subir, juste vivre comme elle l’entendait. Pourquoi lui refusait-on ce droit si élémentaire ? Au nom de quoi lui empêchait-on d’être libre ? Au nom de ce qu’elle était ? Un monstre, tout comme eux. Parce qu’elle était l’un des leurs, elle serait condamnée à suivre la même voie qu’eux ? Parce qu’elle refusait d’être un être mauvais, on faisait d’elle un jouet, qui au final n’obtiendrait rien de plus que la douleur pour avoir osé désiré la liberté ?

Elle n’était pas l’un des leurs. Elle ne voulait pas l’accepter. Alors, en hurlant sa rage, elle tira de toutes ses maigres forces sur la chaîne. Son pelage noir fut entaillé légèrement au niveau de son cou entravé. La louve grogna de colère. Et elle s’acharna, encore, et encore, jusqu’à ce que le soleil décide enfin de se retirer dans son antre pour laisser place à la nuit. Et tout ce temps, la chaîne ne céda pas un seul pouce de terrain à la bête. Et alors que la lune, argentée, éclairait le désert de sa douce lumière, ses yeux ambrés étincelèrent de colère, avant de devenir aussi vides qu’une crevasse.

Elle venait de décider de perdre. Elle venait de décider d’abandonner. Elle s’était laissée vaincre par la peur et le mal, par ses cauchemars les plus profonds. Oui, elle avait choisi et accepté son sort. Plus rien ne l’atteindrait, désormais. Et elle sombra enfin dans un futur effrayant dont elle avait déjà accepté les événements.

~~~


L’orage grondait. Et sa compagne la pluie s’abattait avec fureur sur le sol chaud. L’atmosphère était étouffante, sombre et oppressante. Depuis longtemps, plus rien ne la retenait attachée. Et pourtant, jamais elle n’avait tenté de reconquérir sa précieuse liberté. Au travers la violence et la haine, elle avait compris que tout était perdu, et elle avait laissé son âme s’envoler au loin, n’y laissant que du vide. Tout le monde s’affairait autour d’elle, mais elle ne bougeait pas. Depuis quelques temps, la panique avait pris d’assaut la forteresse. Une bien bonne ironie, pour cet endroit inspirant la crainte. Désormais, c’était lui qui semblait trembler de peur. Et au loin, l’Ombre elle-même affrontait son contraire, et la bataille corrompait l’air lui-même. Et le tonnerre hurlait comme pour ajouter à cette tension constante.

C’était le grand combat, et au fond de son cœur vide, elle sentait que le vent tournait. Quelque chose changeait. Et à cet instant, elle sentit une flamme s’allumer au fond d’elle. Une flamme chaleureuse, brûlant d’une façon étrange et indescriptible.

« Le vent change »

Sa voix n’avait été qu’un murmure. Près d’elle, une silhouette s’avança. Très peu vêtue, à cause de la chaleur du désert, son regard ambré était menaçant. Ses longs cheveux flamboyants comme le soleil étincelèrent lorsqu’un éclair vint danser dans le ciel.

« Comment ça ? grogna-t-elle.
- Je sens l’Ombre se dissiper, en moi. C’est une sensation étrange. C’est… différent de ce que je ressens d’habitude. Mais pour une raison qui m’échappe, ça me fait du bien. »

Le coup partit vite, et elle recula, sous l’impact de la gifle. Alors, elle releva des yeux redevenus aussi vides, alors que la vague étrange qui l’avait envahie se dissipait.

« Notre Seigneur ne sera jamais vaincu ! Tu entends ça ? Jamais ! »

Elle ne répondit rien. A nouveau, elle s’était muré dans un vide, incapable de retrouver cette étrange sensation, qu’elle avait éprouvée. La flamme s’était éteinte, dérobée alors qu’elle tentait déesepérément de l’atteindre. L’aube ne tarderait pas à se lever, et ce matin-là serait différent. Jusque dans ses entrailles elle le sentait. Mais peu lui importait le changement, elle voulait simplement retrouver ce sentiment si beau.

~~~


La nuit retombait lentement, et la défaite planait sur la forteresse. Elle était restée seule, à l’entrée du désert, à fixer l’horizon sans le voir. La lune argentée brillait, et les étoiles valsaient dans la voûte céleste, rendant le tout d’une beauté saisissante. Mais elle restait vide. Elle ne parvenait plus à ressentir quoi que ce soit. Juste le néant, et chaque fois qu’elle s’y confrontait, elle n’y voyait qu’une douleur cuisante, mêlée à une crainte si terrible. Si bien qu’elle finissait par ce demander si elle était bien humaine.

Et alors, elle leva les yeux, tandis que six lumières multicolores parcouraient le ciel, éclairant la plaine de nuances magnifiques. Alors, enfin, une sensation de fin lui parvint.

~~~


Elle avait mal au crâne. La douleur la réveilla. Elle était adossée à un pont. Il faisait chaud. Elle se rendit alors compte que le soleil était haut dans le ciel. Son esprit était embrouillé. Une fois qu’elle se fut remise, elle ne ressentit qu’un immense vide qui la laissa indifférente. Mais une question vague effleura ses pensées.

« Qu’est-ce que je fais ici ? »

Elle tenta de se souvenir. En vain. Elle ne parvenait pas à se remémorer pourquoi elle était là, ni quel était cet endroit. Pourtant, pour une raison qui lui échappait, l’atmosphère lui semblait oppressante. Ce n’était sûrement pas le genre d’endroit qu’elle où elle se serait consciemment rendue. Alors, dans un soupir, elle se leva.

~~~

« Nous avons eu de la chance que la princesse soit là. Sans elle, je ne sais pas ce que nous serions devenus.
- A qui le dis-tu… Et puis, c’est aussi grâce au Héros. »

Kira releva la tête. Elle regarda les deux hommes qui conversaient dans la citadelle. Elle avait erré pendant des jours sans but. Sans attache, sans rien. Elle s’approcha, lentement. Ils la regardèrent, stupéfaits, alors qu’elle levait vers eux un regard aussi vide qu’un grand précipice.

« De quoi vous parlez ? »

Sa voix était neutre, et ne reflétait aucune émotion. Les deux hommes échangèrent un regard étonné avant de lui répondre.

« Tu n’es pas au courant ? La princesse nous à sauvés du Seigneur du Malin. Enfin, la princesse et le Héros du Temps.
- Qui ça ? répondit-elle brusquement, ce qui fit sursauter son interlocuteur.
- La princesse, j’ai dit…
- Oui, j’ai compris, mais qu’avez-vous dit, après ?
- Le Héros du Temps. Pourquoi, il y a un problème ? »

Quelque chose d’indescriptible s’empara d’elle. Et au fond de son cœur, elle sentit une flamme brûler. La simple mention de ce nom avait éveillé en elle une sensation inconnue, mais si vive et prenante. Alors elle tourna le dos et partit, cherchant au fond d’elle-même à saisir cette flamme. Mais elle disparut dès qu’elle s’en approcha, et le vide revint.

Pourtant, elle ne parvenait pas à oublier cette sensation si belle et si douce. Et alors qu’un vent soufflait, elle sentit qu’elle n’avait qu’une seule utilité en ce monde : lui donner sa vie. Oui, donner son existence vide à cet être qui arrivait à chasser le néant de son cœur. Elle voyagerait, et le trouverait. Et dans un souffle, elle exprima son désir d’être enfin quelqu’un.

« Où es-tu ? »

Et Après ?

Prénom/Surnom: Alors mon prénom c’est Pwêt mais vous pouvez m’appeler par mon pseudo parce qu’il est court x)
Âge : Treize années que j’embête mon monde, haha =3
Comment as-tu découvert le forum ? Par la force du Saint Canard (par hasard, quoi)
Pourquoi t'être inscrit(e) ? Parce que j’en avais vraiment envie, cela faisait longtemps que je n’avais pas joué d’humains, puis bon, c’est pas comme si l’idée de jouer sur un forum Zelda me trottait dans l’esprit depuis un certain temps. ♥
Comment trouves-tu le forum ? Très beau, bien organisé. Les couleurs sont chouettes, je trouve, et les membres très accueillants (se faire accueillir en se faisant taper par Dark, que demander de plus ? ♥)
Autre chose à ajouter ? Pwêt ?
Code du règlement:

(c) Codage de la fiche par Kee-Mey, Legend of Hyrule

Revenir en haut Aller en bas
triforce

Soren

Sheikah renégat

avatar
 Sheikah renégat

Messages : 370
Inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Where are you ? | Kira [UC]   Sam 14 Mar - 15:33


Bonjour ♥

Quelques nouvelles par ici ? °^°

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 
Where are you ? | Kira [UC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Kira
» Présentation de Kira
» slt je suis KIRA
» Kira
» Kira Hiroto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legend of Hyrule :: Prelude :: Votre Personnage :: Fiches de Présentations :: Anciennes présentations-
Sauter vers: