AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Volcania, terreur des Gorons [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
triforce

Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Volcania, terreur des Gorons [FINIE]   Mer 26 Nov - 13:23



Volcania



Informations

Age : Quelques millénaires, mais je ne m'arrête pas à cela.
Surnom : Monstre ? Dragon ou Mangeur de Gorons
Race : Démon
Camp : Ganondorf
Orientation Sexuelle : Indifférent
Loisirs : Manger des Gorons, me prélasser dans la lave du Mont du Péril.

Feat avatar : Moi, Crimi-Azna ~ ♥
Rang personnalisé : Dragon du Péril en Saddlebrown

Pouvoirs

Transformation :
En tant que Dragon, il va de soit que je peux prendre une forme draconique en plus d'une forme humanoïde. Cependant, je peux prendre une multitude de forme entre les deux, comme faire apparaître des griffes, des crocs, des cornes ou encore ma crinière enflammée sur mon corps d'apparence humaine. Ma température corporelle est par ailleurs bien plus élevée que celle du commun des mortels.

Souffle du Dragon :
Je suis capable de cracher du feu, oui, rien que ça. Sous toutes mes formes, bien sûr, même si ma gueule de dragon est plus grande que ma bouche humaine, le débit des flammes sera donc différent suivant mes formes. De la même façon, je ne crains ni les flammes, ni la lave. Il va cependant de soit que je ne respire pas sous la lave, je suis en apnée...
Et puis, je déteste l'eau. Ça mouille...

Vol du Dragon :
Je suis capable, même si je n'ai pas d'ailes, de voler et ce, pour une période plus ou moins déterminée, puisque cela me fatigue au fur et à mesure que j'utilise ce pouvoir. Il faut dire que soulever un corps de Dragon n'est pas de tout repos...

Description Physique

L'une des premières choses que l'on remarque chez moi, c'est sans doute mes cheveux. Aux couleurs du feu, passant du rouge au jaune, semblant continuellement flotter légèrement dans mon dos, ondulant au rythme de mes pas ou d'un vent inexistant. Après tout, ils peuvent être réellement de feu si je le désire...
La seconde chose, ce sont mes yeux. Brillants, sous ma forme draconique comme sous ma forme humaine, ils peuvent changer de couleur, allant du jaune vif au rouge profond, en passant par toutes les nuances se trouvant entre ces deux couleurs, la plupart du temps en suivant mes émotions.

Ensuite, il n'y a pas grand chose à dire, si ce n'est que je suis bel homme. Je suis assez fin bien que musclé, et ma peau, lorsqu'elle n'est pas recouverte d'écailles rouges et marrons, est dorée, comme si je passais mes journées au soleil.
Je manie très bien la lance et la hallebarde, la seconde étant enchantée et pouvant être recouverte de flammes au niveau de la lame. Il va de soit que je sais me battre, avec des armes comme à mains nues, mettant ma forme draconique à profit dans de nombreux combat, puisque je peux passer d'une forme à l'autre assez rapidement.

Je suis bien sûr vêtu lorsque je suis sous forme humaine. Un pantalon de toile épaisse, le plus souvent de couleur rouge sombre ou marron, et des liens de cuirs, me permettant de porter une épaulette sur l'épaule gauche. Il m'arrive aussi de porter quelques bijoux en or pour rehausser ma beauté naturelle.
La plupart du temps, ma forme humaine comporte encore quelques attributs draconique, je n'aime pas abandonner complètement ma forme originelle. Ainsi, des plaques d'écailles sont présentes sur mon corps, le plus souvent au niveau de mes pommettes, de mon coeur, ainsi que l'arrière de mes épaules et le long de ma colonne vertébrale. Il m'arrive aussi de faire apparaitre une queue de Dragon, des ailes, ou encore des griffes à mes doigts, bien pratique pour me battre à mains nues...

Quant à ma forme draconique et bien... Tout le monde connait le Dragon du Mont du Péril. Cette créature longiligne et cuirassée d'écailles très résistantes, flamboyante et à la crinière de feu, crachant des flammes et sachant voler, terrorisant grâce à son cri strident.
Je n'ai que deux pattes sous ma forme de Dragon, terminées par de longues griffes, et des cornes ornent mon front, formant une sorte de casque autour de ma tête.

Description Mentale

Nombreux sont ceux qui ne voient en moi qu'une brute féroce, qu'un Dragon mangeur de Gorons, une dangerosité à éviscérer à tout prix, orgueilleux et égo-centré. Bon, je ne cache pas que c'est ce que je suis. J'apprécie de me battre, je suis violent, ne retient pas mes coups et ai du mal à m'arrêter... Mais je ne frappe pas sur n'importe qui ou, en tout cas, pas sans raison. Aussi étrange que cela puisse paraître, j'ai un grand sens de l'honneur. Je reste un guerrier, bien sûr, et mon honneur va dans ce sens : Je ne m'attaquerai pas sans raison à plus faible que moi, et je respecterai ceux qui parviendront à me battre avec tout le respect que l'on doit à ceux qui sont plus forts que nous-même. Dans la même veine, je ne supporte pas la lâcheté. Un lâche en particulier me fait sortir de mes gonds...

Mais je ne suis pas que cela. Non, je suis aussi quelqu'un de protecteur... Vraiment ! Ce qui m'appartient, je le protège jalousement. Possessif ? Oui, aussi, ces deux notions vont de paire pour moi. Ce qui m'appartient n'appartient pas aux autres. Et je me battrai pour que cela reste ainsi, en particulier par rapport au Mont du Péril. Cette montagne est mienne, et le restera. Je réagit vivement à tout ce qui peut me toucher ou toucher ce qui m'appartient, impulsif comme je suis.
J'ai aussi du mal à rester concentrer sur une seule chose trop longtemps, et je suis quelqu'un de versatile. Je me laisse facilement porter par mes émotions... Et peut sauter de la joie à la colère à cause d'un détail, par exemple, par contre, je ne suis pas quelqu'un qui cache ses émotions. Il est assez facile de lire en moi...

Avoir passé une grande partie de ma vie à l'état d'un squelette ne m'aide pas à être patient. Au contraire, je bouge tout le temps et ne reste pas inactif si je peux faire quelque chose, même si c'est simplement faire les cent pas.
De même, comme je ne pouvais rien faire, je me suis trouvé un passe-temps assez... spécial, dirons-nous. Je compose des poèmes. Je passe des heures sur chaque rime, jusqu'à trouver celle qui me plaît le plus... Et je garde ces vers au plus profond de ma mémoire.

Que dire de plus ? Cela peut sembler étrange à certains, mais je n'apprécie pas le mensonge. Je suis franc oui, même si parfois, cela ne fait pas plaisir de se voir énoncer ces quatre vérités...


Histoire

Temps Anciens

Je suis apparu sur cette terre il y a bien longtemps. J'aurais bien du mal à vous dire depuis combien de temps, le temps ne m'a jamais paru suffisamment intéressant pour le compter avec exactitude.
En tout cas, je suis apparu aux premiers âges du monde, lorsque celui-ci était déjà né. Je n'ai jamais cherché à savoir qui était la divinité dont je suis l'ombre, et cela m'est égal, car je me suffit à moi-même.

J'ai rapidement élu domicile dans le cratère du Mont du Péril, car c'était en ce lieu que se trouvait l'endroit où j'étais apparu, et où j'allais, par la suite, reparaître si d'aventure je mourrais. Bien sûr, je ne suis pas du genre à me laisser tuer par le premier venu.
Et il me fallu peu de temps pour découvrir que les montagnes étaient peuplés d'êtres de pierres, les Gorons. Ceux-ci étaient terrorisés par mon arrivée, et ils me dressèrent bien rapidement un autel magnifique, dans leur plus belles pierres, sur le lieu même de mon apparition, espérant par là s'attirer mes bonnes grâces et faire de moi une sorte de protecteur... Ou tout du moins, me faire suffisamment plaisir pour que je ne les attaque pas.

Durant les centaines d'années qui suivirent, ils me firent des offrandes suffisamment souvent pour que je ne ressente pas le besoin de montrer ma supériorité sur eux. Mais au fil des siècles... Les Gorons cessèrent de s'occuper de moi, Volcania, celui qu'ils avaient, pendant si peu de temps, considéré comme un protecteur. J'empêchais en effet les autres races de monter sur la montagne, et je descendais même parfois dans la plaine pour terroriser quelques Hyliens.
Je finis cependant par comprendre que, de protecteur, j'étais passé au statut de fléau dont il fallait se débarrasser. Et s'il y a bien quelque chose dont les Gorons d'aujourd'hui se souviennent, c'est ma colère et les morts qui suivirent cette nouvelle.

De nombreuses années s'égrainèrent ainsi, les Gorons, impuissants, me laissant leur faire vivre l'enfer. C'est d'ailleurs à cette époque que je pris goût à leur chair.
Cependant, il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin. Et ce fut le cas pour ma situation.
Celui que les Gorons appelaient "chef", ou plus tard, "héros", vint vers moi, au plus profond de la montagne, et de son marteau, il retira ma vie de ce monde. Mais ce n'était que partie remise...

- Vous ne vous débarrasserez pas aussi facilement de moi ! Je serais à nouveau parmi vous, je me repaîtrai bientôt à nouveau de vos chairs ! hurlais-je, alors que la vie m'abandonnait, ne laissant, à terme, que mes os sur le sol de la salle dans laquelle j'avais combattu le Goron.

Cependant, il y a quelque chose que je n'avais pas prévu. Les Gorons firent, bien plus rapidement que je ne l'aurais pensé, appel à de l'aide extérieure pour se débarrasser définitivement de moi. Et quelqu'un finit par leur annoncer que détruire mon lieu de résurrection devrait interdire à mon âme de retrouver son corps.
Et c'est ce qu'ils firent. Ils travaillèrent le cratère, et firent disparaître l'autel qu'ils m'avaient eux-mêmes construit sous des mètres de lave. Et cela fonctionna. J'étais à présent incapable de rejoindre le monde des vivants.

Mon âme était en partie prisonnière de mon ancien corps, de ses ossements qui jonchaient le sol de la salle la plus profonde du Temple du Feu.
Jusqu'à ce qu'ils arrivent.

Renaissance


Durant tout ce temps, je n'avais pas quitté la montagne. Je n'en avais pas éprouvé l'envie. Après tout, pourquoi sortir, m'éloigner de mon corps, de la seule chose qui me maintenait sur terre, alors que je ne pouvais parler, toucher, être, tout simplement ?
J'avais passé des centaines d'années seul, à côté de mes propres os, sans me tenir au courant de ce qui se passait à l'extérieur. Alors, lorsqu'ils entrèrent dans la pièce...

Ils ne pouvaient pas me voir, bien sûr. Mais je pouvais les entendre. Je pouvais les entendre parler de moi, je pouvais voir la divinité effleurer ma tête, avant d'entamer une incantation.
Si au départ, j'avais eu peur de voir mes ossements disparaître pour de bon, je poussais une exclamation de surprise muette lorsque je me sentis revivre peu  peu. Ma chair, mes muscles, ma peau, mes écailles, réapparaissaient sur mes os et bientôt, un souffle brûlant gonfla mon poitrail.
Je fermai les yeux et lorsque je les rouvris... J'étais dans mon propre corps. Je poussai un grondement de joie, m'envolant pour reprendre totalement contrôle de mon corps, avant de redescendre sur le sol pour prendre forme humaine devant eux. Eux qui m'avaient rendu la vie...

J'appris bien vite que j'étais en face de l'Esprit Gardien de la Triforce. Et du détenteur d'une partie de celle-ci. Enyx et Ganondorf...
Lorsque ce dernier m'annonça la raison de la résurrection, qu'il comptait sur moi pour le suivre et lui obéir... Je lui sautai dessus pour me battre contre lui. Oh, je n'ai pas gagné, mais... Je refusais de me mettre au service de quelqu'un de plus faible que moi.
Ma défaite m'appris que, fort heureusement, Ganondorf était quelqu'un de puissant. Et je me rangeai à ses côtés, avant d'aller terroriser ceux qui m'avaient auparavant tué. Les Gorons... J'appréciais de sentir leurs corps entre mes crocs, et je les enlevais, les uns après les autres, pour les mener dans le Temple du Feu, dont j'étais devenu le Gardien, sur ordre du Roi des Gerudos.
Oh, cela m'allait parfaitement. J'avais de quoi manger, je me vengeais tranquillement du peuple qui avaient détruit l'endroit de ma naissance...

Et ce gamin vêtu de vert est finalement venu. J'avais suivi cette histoire, bien sûr, puisque j'allais assez souvent parler avec Ganondorf et certains de ses acolytes, mais je ne m'attendais pas à le voir un jour apparaître dans mon Temple.
J'étais occupé avec Darunia, cet imbécile de chef Goron, qui pensait venir à bout de moi sans même le marteau de ses ancêtres. Je l'emprisonnai comme les autres, mais je ne pensais que Link puisse récupérer le marteau... Et me vaincre.
Vaincu par un jeune homme... C'était bien parce que j'avais combattu Darunia juste avant, je n'étais pas au mieux de ma forme. Et il me tua, à son tour.
Et encore une fois, je fus dans l'incapacité de ressusciter.

Cette fois, cependant, je ne restai pas inerte à côté de ma carcasse. Non, mon âme se déplaça dans tout Hyrule pour suivre les différents événements...
De ma mort jusqu'à la défaite de Ganondorf et... Le retour dans le temps.

Nouvelle Vie ?


Puisque j'étais à l'état de carcasse, je me souvenais de tout. Tout ce qui s'était passé avec Ganondorf...
Et je me rendais peu à peu compte que... cette fois, personne ne viendrait m'aider, puisque Ganondorf n'était plus là. Cependant, je refusais de me laisser aller à la déprime, et je me suis, pendant à présent sept ans, intéressé à ce qu'il se passait dans ce monde, sans pouvoir intervenir.
Je revenais cependant assez souvent aux côtés de mes propres os... Jusqu'à ce qu'un goron fasse part à ses frères des rumeurs concernant le retour de Ganondorf.
Oh, j'ai passé plusieurs mois à parcourir Hyrule, espérant tomber sur le Gérudo... Et il finit par reparaître réellement. Malgré moi, j'espérai qu'il vienne immédiatement vers moi pour me permettre de revivre, une nouvelle fois...

Mais il semblerait qu'il n'y soit pas décidé...
Et je commence à perdre patience et courage.


Et Après ?


Prénom/Surnom: Crimi, Mey-Mey, Aël, Lydan...
Age : 21 ans !
Comment as-tu découvert le forum ? Squeee ~
Pourquoi t'être inscrit(e) ? Parce que ce petit bout d'dragon traînait dans mon esprit depuis quelques temps, déjà !
Comment trouves-tu le forum ? Squeeee !
Autre chose à ajouter ? Grrr ! ♥

Code du règlement: Validééé ~ ♥
(c) Codage de la fiche par Kee-Mey, Legend of Hyrule
Revenir en haut Aller en bas
triforce

Soren

Sheikah renégat

avatar
 Sheikah renégat

Messages : 370
Inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Volcania, terreur des Gorons [FINIE]   Sam 29 Nov - 0:53


Bon, vu qu'en bon chipoteur que je suis, j'ai surveillé la genèse de la fiche... Je n'ai rien à y redire ~

Donc te voilà validé, mon cher petit dragounet ♥

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 
Volcania, terreur des Gorons [FINIE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EXPO IPEU 2010 [L'exposition est finie.]
» Gorthol, l'Heaume de Terreur
» terreur et machine de guerre
» [Terreur] Le survivant James Herbert!
» [1500] Ulthwé dans l'Oeil de la Terreur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legend of Hyrule :: Prelude :: Votre Personnage :: Fiches de Présentations :: Anciennes présentations-
Sauter vers: